10 mesures sanitaires COVID-19 pour la reprise de l'activité de l'entreprise

10 mesures sanitaires COVID-19 pour la reprise de l'activité de l'entreprise

Comment organiser le retour des salariés et des clients dans l’entreprise ?

Résumé de l’entretien de Cédric SIMON avec un cadre supérieur des ressources humaines d’une entreprise française du Luxe.

Dans ce contexte de crise sanitaire, la reprise de l’activité d’une entreprise de plus de 150 personnes nécessite de définir un plan de réorganisation des espaces de travail (d’accueil, de restauration, de réunion) et aussi du temps de travail si la distanciation sociale ne peut être respectée, afin de se conformer au protocole nationale de déconfinement COVID-19. Ce plan est travaillé et partagé par tous : la direction, les managers, les partenaires sociaux et la médecine du travail.

>>>>>

Les 10 mesures sanitaires anti covid-19 pour l’entreprise de demain

Le salarié autant que le visiteur doit être pris en charge, dès son arrivée jusqu’à son départ de l’entreprise, avec pour commencer une communication obligatoire sur le rappel des gestes barrières. Mais nous allons aller plus loin et vous détailler les mesures prises par cette entreprise, que vous pourrez reproduire ou adapter :

  1. L’envoi, avant la reprise, d’un livret de bonnes pratiques des mesures barrières à tous les salariés pour qu’ils se les approprient : les bons gestes pour mettre le masque, les gants, ce qui n’est plus possible de faire comme prendre l’ascenseur etc. Dans ce livret, nous trouvons aussi la définition d’un protocole de prise en charge en cas de symptômes COVID-19.
  2. La délivrance d’un kit aux salariés et visiteurs comprenant des masques et du gel. Le kit a été aussi envoyé aux salariés, amenés à utiliser les transports en communs, avant leur venue sur leur lieu de travail.
  3. La pose de marquage au sol pour assurer une distanciation de 1,50 m
  4. La mise en place d’un sens unique d’arrivée et de sortie pour éviter les croisements,  à l’aide de fléchages et affichages des plans de circulation.
  5. La suspension de l’utilisation de la pointeuse et de la machine à café (arghhh) pour éviter les embouteillages et les regroupements.
  6. La réinstallation des postes de travail pour respecter la distance de 1,50 m ou une surface de 4 m² minimum.
  7. L’embauche supplémentaire et temporaire de personnes pour désinfecter les tables de de réunion, les postes de travail entre 2 équipes etc.
  8. La communication d’horaires individualisés pour l’arrivée du salarié, le temps au vestiaire et à la pause afin de fluidifier les circulations et éviter au maximum les croisements.
  9. Le maintien, dans la mesure du possible, de l’ouverture des portes pour ne pas avoir à toucher les poignées.
  10. La mise en place “d’ambassadeurs relais gestes barrières anti COVID-19” pour faciliter l’accueil, le respect des mesures barrières tout en restant dans une communication préventive et pédagogue, tout au long de la journée.

Lors de la mise en place de ces mesures de distanciation, cette entreprise s’est retrouvée face à des contraintes liées à la surface, à la densité de salariés par m². L’entreprise a donc dû repenser l’organisation du temps de travail, en passant ses collaborateurs en « deux-sept » et en développant, au maximum, le télétravail. Selon ce cadre supérieur, l’entreprise  pendant le COVID-19 doit intégrer de nouvelles règles sanitaires exigeantes, certes immédiates, mais vitales, pour assurer la sécurité des collaborateurs tout en assurant la continuité de l’activité. Il sera nécessaire de travailler en amont et de façon concertée avec les représentants du personnel, le responsable de l’Hygiène, Santé et Sécurité et le médecin du travail. De plus, les mesures barrières visualisées doivent parfois être réadaptées et seront très certainement évolutives selon les comportements individuels, les contraintes législatives….

Tous les commentaires